Loading...
 
[Show/Hide Right Column]

Pour rire un peu.../Just for fun Help

Forums » Pour rire un peu.../Just for fun » Les joies et les aléas du bilinguisme

Les joies et les aléas du bilinguisme


Je pense vouloir lire la trilogie Millénium (mieux vaut tard que jamais?), mais je me demandais quelle traduction est la meilleure : celle vers le français ou vers l'anglais?
Quelqu'un a lu les deux?

Question bifurquée:
Lisez-vous les versions originales des livres lorsque possible, ou vous en tenez-vous toujours à la traduction?



Je n'ai pas lu cette trilogie.

J'aime beaucoup lire les livres originaux et la traduction. Parfois, la traduction me dérange, car l'ambiance n'a pas su être recréée à mon goût. Dans certains cas, je ne lis que la traduction, mais j'essaie de me demander qu'elles traductions seraient la meilleure. Les auteurs russes, je priorisent les traducteurs français et pour les romans allemands, je lis en anglais.



My favourite novel in the whole world is Garcia Marquez's textOne Hundred Years of Solitude.text I read it in Spanish first, then in English to make sure I understood it well, then in French, just for fun. This was all long before I started studying translation, so the idea of there being a field of study dedicated to just that- reading, comparing, evaluating translations of the same text- was foreign to me. Nowadays I find it fascinating to read two or three versions of a book that I like, depending on its availability.

As for the Millenium series, I read it in English, and I really enjoyed how the translator did his best to keep as much of the "Swedish-ness" of the novel intact. I don't know how the French compares, and of course, I don't speak Swedish. One thing I noticed is that the French title of Book 1 (L'homme qui n'aimait pas les femmes) is a literal translation of the Swedish title, whereas the English version went with something different. I wonder why? I feel like on the marketing side, "The Man Who Didn't Like Women" would not have done as well...

I just love thinking about this stuff- I can't imagine how many years I went in life never wondering about the source text when reading a translation- or worse, reading a translation and assuming it was the original!



Il m'est arrivé à plusieurs reprises au Cégep de lire, pour mes cours de français et de philo, des livres en version française alors que j'aurais pu les lire en langue originale. Souvent c'est le cas : la version originale n'est pas en vente au pays, et on n'a pas toujours les moyens ou le temps de le faire venir par la poste, par exemple.
Mais est-ce par pure méfiance qu'on a tendance à opter pour les versions originales? Un traducteur littéraire chevronné, que j'ai interviewé en Catalogne, est parmi ceux qui disent que, puisqu'on est traducteur, et on sait ce qui se passe durant le processus traductif, on a tendance à soumettre tout livre traduit à d'« impitoyables critiques », et parfois « ça devient fastidieux ».
Moi, ça m'arrive avec la traduction audiovisuelle... surtout lorsqu’il s'agit de me faire rire! Les versons traduites... ne sont simplement pas drôles du tout!


Show posts: