Loading...
 
[Show/Hide Right Column]

Johan Centime

Johan Centime
Read Blog
View Profile

Langue de bois médusée

Published by johan.centime@yahoo.fr on 2012-03-29

Si des belles histoires, je voulais me gausser…

 

Je me laisserais aller à déclamer des vers tout en travestissant leur nature première…

 

En bon français, on parlerait de mixtion « corruptrice » ou, comme on dit de nos jours, d’un vulgaire remix.

 

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un long voyage (jusqu’ici, tout va bien)… qui dès les premières heures se termine en naufrage (c’est là que cela se corse, travestissement oblige)…

 

Pour que je fasse tourner les rimes du sieur Joachim du Bellay comme du lait de chèvre (excusez le jeu de mots), il faut bien m’accorder un projet singulier.

 

Je vais donc parler vrai… Je rends « à contrario » hommage à un procédé qui corrompt les mœurs langagières…

 

Je cite : « la langue de bois ».

 

Autrement appelée xyloglossie (je cite Wikipédia) ou xylolalie, la « langue de bois », ou « langue de chêne » pour les Russes, ce qui revient au même, est une figure rhétorique appréciée notamment des politiques consistant à détourner la réalité par les mots.

 

Un détournement linguistique n’ayant rien à envier aux détournements d’avion ou de bateau…

 

C’est là que l’on retrouve mon propos originel…

 

Ulysse a fait naufrage, car les dieux détournèrent son navire du parcours initial…

 

D’autres manipulent le propos pour détourner le sens de la conversation du but que l’on s’était initialement fixé…

 

Pour faire simple…

 

On embarque à bord d’une frégate… On se retrouve sur le radeau de La Méduse, comme en ce jour sinistre du 2 juillet 1816.

 

Comme Ulysse, la Méduse fait partie du folklore mythologique… Elle a des rites serpentins du fait des cheveux hérités de sa mère, elle louvoie donc et, mise en face de ses contradicteurs, elle transforme tout en pierre…

 

La langue de bois part du même principe. Ophidienne, elle louvoie, mais au final, elle transforme la langue en pierre, elle ne l’élève pas, mais la fige dans une posture minérale qui la pousse à couler dans la mauvaise foi, là où elle doit flotter…

 

Quand, au détour d’un dialogue, vous rencontrerez, médusé, un de ces experts de la langue de bois, dites vous que, comme Ulysse, long sera le voyage vous menant à bon port…

 

Et qu’il n’est pas exclu que vous fassiez naufrage…

 

Johan Centime

 

2 comments


J'aime beaucoup votre style d'écriture!

Merci pour vos excellents jeux de mots.




Je vous remercie Marie Eve... Nous pouvons nous tutoyer.