Loading...
 
[Show/Hide Right Column]

Julian Zapata Rojas

Julian Zapata Rojas
Read Blog
View Profile

Interprĕs, interprĕtis 105

Published by Jzapa026@uottawa.ca on 2012-03-20

On entend dire que l’interprĕtātĭo est une profession très bien payée. Il y en a d’autres qui pensent que la meilleure rémunération des interprĕs et des interprĕtis est le gain de temps pour faire d’autres activités, ou bien la chance de voyager constamment, ou bien l’occasion d’être présent au moment où le public cible écoute son rendu. En traduction écrite, on ne sait pas toujours qui nous lira et quand nous serons lus…

 

Je ne connais pas beaucoup d’interprĕs et d’interprĕtis salarié(e)s. En général, l’interprĕtātĭo fonctionne mieux lorsqu’on est indépendant (freelance). Dans tous les cas, il vaut mieux avoir sa valise toujours prête! Sachez pourtant que la maitrise de deux langues et des techniques de l’interprĕtātĭo et la valise prête ne suffissent pas pour être un professionnel extraordinaire. L’interprĕs ou l’interprĕtis doit posséder une immense culture générale et doit être constamment en train d’enrichir ses connaissances sur l’actualité mondiale, sur les avancements scientifiques, sur les nouveautés terminologiques (nouveaux mots, nouveaux acronymes)… Bref, il faut tout savoir et être capable de s’en souvenir en tout temps. Dans les programmes de formation à l’interprĕtātĭo, on fait des exercices pour entrainer sa mémoire et on développe des astuces pour la documentation.

 

Dans mes billets précédents, je vous ai exposé les différents modes de l’interprĕtātĭo (simultanée, consécutive, chuchotée, relais et de liaison). Or, on parle également de « types » d’interprĕtātĭo, où un ou plusieurs des modes que nous avons vu peuvent s’appliquer :

 

  • de conférence;
  • juridique (à la cour);
  • d’accompagnement;
  • communautaire;
  • médicale;
  • gestuelle;
  • médiatique.

 

Par ailleurs, on connait différentes « modalités », où plusieurs des types d’interprĕtātĭo peuvent s’appliquer :

 

  • sur place;
  • téléphonique;
  • par vidéoconférence.

 

J’aimerais souligner que le taux de demande mondiale de traduction va toujours en augmentant et s’applique tant à la traduction écrite qu’orale. C’est pourquoi les chercheurs en traductologie visent non seulement l’exploration des synergies entre ces deux formes de traduction du point de vue pédagogique et pratique, mais invitent également au travail collaboratif (interdisciplinarité réciproque) avec des spécialistes dans d’autres domaines du savoir et du savoir-faire humain.  

 

J’espère que ce petit « cours introductif » à l’interprĕtātĭo vous a servi pour vous familiariser avec les notions de la traduction orale et pour vous faire réfléchir, vous aussi, aux possibles synergies de cette dernière avec la traduction écrite. N’hésitez pas à en parler à vos collègues, à faire des recherches plus poussées sur l’interprĕtātĭo (explorer les programmes de formation et les associations professionnelles en Amérique et en Europe, explorer les efforts de conception d’outils technologiques d'aide à l'interprĕtātĭo, etc.) et surtout à partager vos idées et vos découvertes avec la communauté de Linguistech. J'ai hâte de lire vos commentaires!

 

Parce qu’une chose est sure et certaine : des traducteurs professionnels, on en aura toujours besoin. Mais il faudra réinventer la profession

 

Julian Zapata Rojas