Loading...
 
[Show/Hide Right Column]

Julian Zapata Rojas

Julian Zapata Rojas
Read Blog
View Profile

Reconnaissance de la… terminologie, tout d’abord

Published by Jzapa026@uottawa.ca on 2012-01-20

- Salut, c’est moi!

- Sorry, access denied.

 

C’est incroyable tout ce que les ordinateurs peuvent reconnaitre (et ne pas reconnaitre). Dans cette minuscule conversation entre un homme et une machine, la machine n’a pas reconnu l’identité du locuteur humain.  Peu importe la langue dans laquelle ce dernier a parlé – il aurait pu dire Hello, it’s me! –, l’accès lui aurait été quand même refusé par le système de reconnaissance du locuteur. 

 

Grâce au « gadget » de reconnaissance d’empreintes digitales de mon ordinateur personnel, moi, j’accède en deux secondes à mon courriel uOttawa avec mon index droit, à mon compte de YouTube avec le pouce et à Linguistech.ca avec l’annulaire.

 

Reconnaissance du locuteur

     Reconnaissance d’objets

          Reconnaissance de formes

                Reconnaissance de la voix

                       Reconnaissance de mots clés

                           Reconnaissance des visages

                               Reconnaissance d’empreintes digitales

                        Reconnaissance optique de caractères

                   Reconnaissance de la parole

              Reconnaissance vocale

        Reconnaissance de la langue

   …

Il y a bien de choses que les machines peuvent reconnaitre. Et nous, humains, nous ne sommes pas encore parvenus à bien reconnaitre toutes ces technologies.

 

Je me trouve parfois dans la désolation lorsque j’ouvre des ouvrages, des articles scientifiques et journalistiques, des sites Web et des blogues rédigés dans les quelques langues que je peux lire, et que je me rends compte que les termes utilisés pour parler de ces technologies ne s’équivalent pas. Pareillement, à l’intérieur d’une même langue, on n’arrive pas à reconnaitre les différences entre une technologie et une autre. Et cela particulièrement dans le cas des technologies de reconnaissance liées au langage humain.

 

Oui, on peut voir plus facilement la différence entre reconnaissance de la parole et reconnaissance des visages. Mais, voyez-vous une différence entre reconnaissance de la voix et reconnaissance vocale?

 

Speech recognition serait reconnaissance de la parole. Si on poursuit la voie de la traduction littérale, voice recognition serait reconnaissance de la voix (n’est-ce pas?), mais selon certaines sources, cette dernière serait plutôt synonyme de reconnaissance du locuteur, en anglais speaker recognition. Ailleurs dans la littérature, voice recognition serait l’équivalent de reconnaissance vocale, concept englobant à la fois reconnaissance de la parole et reconnaissance du locuteur. Si c’est ainsi, alors comment peut un système de reconnaissance vocale être « indépendant du locuteur », selon un important développeur et fournisseur de ces logiciels? Pourtant, dans la version anglaise de leur site Web, ils utilisent le terme apparemment « correct » dans ce cas : speech recognition, puisque le système est speaker independent (qui par ailleurs peut être connu aussi en français sous le nom de « système multilocuteur »). Le mal de tête s’intensifie lorsque je fais la mise en parallèle avec d’autres langues…

 

On lit aussi, en français, que la reconnaissance de la parole est axée sur la parole – évidemment –, sur ce que le locuteur dit. De son côté, la reconnaissance de la voix, ou du locuteur, est axée seulement sur la vérification de la voix, laquelle est unique à chaque humain, toute comme les empreintes digitales (et voilà pourquoi l’accès a été refusé à notre locuteur humain du premier paragraphe.)

 

Alors, dites-moi, comment Dragon Naturally Speaking peut être « speech recognition software » ici, « logiciel de reconnaissance vocale » là et « programa de reconocimiento de voz » là-bas?

 

J’ai décidé délibérément de ne vous indiquer aucun lien vers aucune source dans ce billet. Je veux vous laisser entreprendre l’expédition par le chemin de votre choix; ajoutez-y des langues autres que le français, l’anglais ou l’espagnol, si vous en connaissez; faites par vous-mêmes la reconnaissance de la terminologie pour parler de ces technologies. Je vous en prie, délivrez-moi de ma torture! Partagez avec moi les résultats de vos réflexions et de vos découvertes. 

 

Je me sens perdu dans cette jungle de termes et de théories, je ne m’y reconnais plus. 

 

Julian Zapata Rojas