Chargement...
 

CAPSULE LINGUISTIQUE

 


 

SUBJONCTIF OU INDICATIF?

 


 

Comment savoir valider rapidement l’emploi du subjonctif ou de l’indicatif?

 

Pour bien des francophones, l’emploi de l’indicatif ou du subjonctif semble couler de source. Il s’agit d’une question de sonorité. Il peut leur sembler plus euphonique d’utiliser le subjonctif ou l’indicatif dans certaines phrases. Même les jeunes enfants francophones savent déjà, pour l’avoir entendu maintes fois, qu’il convient de dire et d’écrire : « Il faut que tu fasses tes devoirs » et non « Il faut que tu fais tes devoirs ».

 

Toutefois, dans le cas des verbes homophonesLes verbes homophones sont des verbes qui ont la même prononciation, mais dont l’orthographe est différente : par exemple, « vois », « voit » et « voies ». , il peut être difficile de savoir si le verbe doit être conjugué à l’indicatif ou au subjonctif. Les terminaisons phoniques de ces verbes sont souvent i (le son «  i »), w (le son« oi ») et y (le son « u »), comme dans les exemples suivants :

 

1) Je ris – indicatif présent, mais que je rie – subjonctif présent;

2) Je crois – indicatif présent, mais que je croie – subjonctif présent;

3) J’exclus – indicatif présent, mais que j’exclue – subjonctif présent.

 

Dans la phrase suivante, doit-on utiliser l'indicatifÀ tous les temps de ce mode. ou le subjonctifÀ tous les temps de ce mode. ?

« Il est nécessaire que tu vois (indicatif présent)/voies (subjonctif présent) le document avant l’impression. »

 

Pour valider l’emploi du subjonctif ou de l’indicatif, il suffit d’utiliser un verbe qui présente des formes écrite et orale distinctes à l’indicatif présent et au subjonctif présent, comme le verbe « faire » ou tout autre verbe des 2e et 3e groupes.

 

Indicatif présent Subjonctif présent
Je fais Que je fasse
Tu fais Que tu fasses
Il fait Qu'il fasse
Nous faisons Que nous fassions
Vous faites Que vous fassiez
Ils font Qu'ils fassent

 

Dirons-nous plus facilement :

 

Il est nécessaire que tu fais le document avant l’impression.

ou

Il est nécessaire que tu fasses le document avant l’impression.

 

Il faut dire « que tu fasses ».

 

Le verbe doit donc être conjugué au subjonctif, et la phrase doit s’écrire comme suit :

 

Il est nécessaire que tu voies le document avant l’impression.

 


 

À VOUS DE VOUS EXERCER MAINTENANT!

 


 

Conjuguez correctement les verbes soulignés dans les phrases suivantes.

 

1. Il vaut mieux que tu prendre ce médicament pour soigner ta toux.

{exercise answer="prennes" incorrect="prends + prit"}

 

2. Veille à ranger ta chambre avant qu’il arriver.

{exercise answer="arrive" incorrect="arriva + arrivera"}

 

3. L’enfant que tu promener dort profondément.

{exercise answer="promènes" incorrect="promenas + promenais"}

 

4. J’espère qu’il faire bonne figure pendant la représentation.

{exercise answer="fait ou fera" incorrect="fit + fasse"}

 

5. Elle souhaite que cette journée être la plus belle de sa vie.

{exercise answer="soit" incorrect="fut + est"}

 

6. Un proverbe dit que l’hirondelle ne faire pas le printemps.

{exercise answer="fait" incorrect="fit + eût fait"}

 

7. Comme il s’apprêtait à sortir, il fallut qu’il répondre au téléphone.

{exercise answer="réponde" incorrect="répond + répondit"}

 

8. L’homme que j'apercevoir au loin est le père de mon ami.

{exercise answer="aperçois" incorrect="aperçus + apercevais"}

 

9. Cette maison qu’il construire de ses propres main est magnifique.

{exercise answer="construit" incorrect="construisît + construise"}

 

10. L’argent que nous devoir, nous la rendrons.

{exercise answer="devons ou devrons" incorrect="devions + dûmes"}

{exercise}

** Pour plus de renseignements sur l’emploi du subjonctif, veuillez consulter la capsule Emploi du subjonctif.

 

** Pour plus de renseignements sur les terminaisons du subjonctif, veuillez consulter les capsules Terminaisons du subjonctif et Terminaisons des verbes du 1er groupe à l’indicatif présent et au subjonctif présent.

 


 

BIBLIOGRAPHIE

 


 

de Villers, M.-É. (2003). Multidictionnaire de la langue française (4e éd.). Montréal : Québec Amérique. 1 542 p.

 

Grevisse, M., Goosse, A. (2007). Le bon usage (14e éd.). Bruxelles : Duculot. 1 600 p.



 

Conceptrice : Brigitte Murray

Mise en ligne : Camille Pichette-Cécyre