Chargement...
 

CAPSULE LINGUISTIQUE

 


 

« AVANT QUE » ET « APRÈS QUE » 

 


 

Saviez-vous que le verbe qui suit la locution conjonctive de subordinationUne locution conjonctive de subordination est une conjonction de subordination – subordonnant selon la terminologie de la nouvelle grammaire – comptant plus d’un mot. Par exemple, le mot « puisque » est une conjonction de subordination et « dès que » est une locution conjonctive de subordination. « avant que » doit être au subjonctifÀ tous les temps de ce mode. et que le verbe qui suit la locution conjonctive de subordination « après que » doit être à l’indicatifÀ tous les temps de ce mode. ?

 

Il importe de rappeler que l’indicatif est le mode du fait, de la réalité, de l’action accomplie, tandis que le subjonctif est celui de l’incertain, des situations hypothétiques, de l’action réalisée en pensée seulement.

 

Voici une explication détaillée de l’emploi du subjonctif après la locution conjonctive de subordination « avant que » et de l’emploi de l’indicatif après la locution conjonctive de subordination « après que ».

 

D’abord, il faut savoir que les propositionsUne proposition est un syntagme (groupe de mots qui se suivent et forment un sens) qui comprend un sujet et un verbe. Il existe plusieurs types de proposition. Il y a d’abord la proposition indépendante ou autonome qui ne comprend qu’un sujet et un verbe.
Exemple : Il est allé à la plage.

Lorsqu’une phrase comprend plus d’un sujet et plus d’un verbe, on parle de phrase complexe. Cette dernière se compose d’une proposition principale accompagnée d’au moins une proposition subordonnée. Il existe plusieurs types de propositions subordonnées :
1) La proposition subordonnée circonstancielle est introduite par une conjonction de subordination – subordonnant selon la terminologie de la nouvelle grammaire – ou une locution conjonctive de subordination.
Exemple : Il partira dès que tu arriveras (« dès que tu arriveras » est la proposition subordonnée circonstancielle de temps, introduite par la locution conjonctive « dès que »; « Il partira » est la proposition principale).
2) La proposition relative est introduite par un pronom relatif (qui, que, dont, où, lequel, laquelle, etc.) et suit un nom commun concret (1. un nom concret désigne toute substance pouvant être perçue par l’un de nos cinq sens, comme maison, fleur, chat, ami; 2. Un nom abstrait désigne toute substance réelle ou figurée qui ne tombe pas sous nos sens et que seules nos facultés cérébrales peuvent appréhender, comme la vérité, la certitude, la logique, l’émotion, etc.).
Exemple : Le manteau que je veux est en solde (« que je veux » est la proposition relative; « Le manteau est en solde » est la proposition principale).
3) La proposition participiale est introduite par un verbe conjugué au participe présent ou au participe passé.
Exemple : Vêtue d’une robe noire, elle se dirigea vers la scène (« Vêtue d’une robe noire » est la proposition participiale formée d’un participe passé; « elle se dirigea vers la scène » est la proposition principale).
4) La proposition infinitive est introduite par un verbe à l’infinitif.
Exemple : Il gagne beaucoup d’argent pour subvenir aux besoins de sa famille (« pour subvenir aux besoins de sa famille » est la proposition infinitive; « Il gagne beaucoup d’argent » est la proposition principale).
formées avec les locutions conjonctives de subordination « avant queAprès la locution conjonctive de surbordination « avant que », nous avons le choix d'employer ou de ne pas employer le ne explétif. On appelle ne explétif l'adverbe « ne » que l'on utilise sans que sa présence soit obligatoire. Nous pouvons dire et écrire : « Avant qu'elle ait eu le temps de répondre au téléphone, on frappa à la porte. » ou « Avant qu'elle n'ait eu le temps de répondre au téléphone, on frappa à la porte. » » et « après que » sont des propositions subordonnées circonstancielles de temps. Elles sont toujours accompagnées d’une proposition principale. Conséquemment, « avant que » et « après que » font toujours partie d’une phrase comptant au moins deux sujets et deux verbes conjugués.

 

Voici quelques exemples :

 

  • Avant qu'elle ait eu le temps de répondre au téléphone, on frappa à la porte. (La proposition principale est « on frappa à la porte »; la proposition circonstancielle de temps introduite par la locution conjonctive de subordination « avant que » est « avant qu’elle ait eu le temps de répondre au téléphone ». Cette phrase contient deux sujets et deux verbes conjugués : « elle » est le sujet de la locution verbaleUne locution verbale est un verbe qui compte plus d'un mot. Par exemple, « avoir peur » est une locution verbale. conjugué au subjonctif passé « ait eu le temps » et « on » est le sujet du verbe conjugué au passé simple « frappa ».)

 

  • L’enfant rangea les jouets après qu’il eut mangé son repas. (La proposition principale est « L’enfant rangea les jouets »; la proposition subordonnée circonstancielle de temps introduite par la locution conjonctive de subordination « après que » est « après qu’il eut mangé son repas ». Cette phrase contient deux sujets et deux verbes conjugués : « L’enfant » est le sujet du verbe conjugué au passé simple « rangea » et « il » est le sujet du verbe conjugué au passé antérieur « eut mangé ». )

 

Ensuite, il faut se poser les questions suivantes :

  1. Quelle action est antérieure à l’autre?
  2. Les actions sont-elles réellement accomplies?

 

Reprenons les exemples précédents.

 

  • Avant qu'elle ait eu le temps de répondre au téléphone, on frappa à la porte.

 

(Quelle action est antérieure à l’autre? : « répondre au téléphone » ou « frapper à la porte »? C'est le fait que quelqu’un frappe à la porte. Cette action est accomplie, et le verbe est conjugué au passé simple, soit à un temps de l’indicatif. La personne a-t-elle répondu au téléphone? Nous ne le savons pas. L’action se réalise seulement en pensée; elle n’est pas accomplie. L’emploi du subjonctif, ici le subjonctif passé, est donc de mise après la locution conjonctive de subordination « avant que ».)

 

  • L’enfant s’endormit avant que sa mère lui ait donné à manger.

 

(Quelle action est antérieure à l’autre? : « l’enfant s’endort » ou « la mère donne à manger à son enfant »? C'est le fait que l’enfant s’endorme. Cette action est accomplie, et le verbe est conjugué au passé simple, soit à un temps de l’indicatif. La mère a-t-elle donné à manger à son enfant? Nous ne le savons pas. L’action se réalise seulement en pensée; elle n’est pas accomplie. L’emploi du subjonctif, ici le subjonctif passé, est donc de mise après la locution conjonctive de subordination « avant que ».

 

  • L’enfant rangea les jouets après qu’il eut mangé son repas.

 

(Quelle action est antérieure à l’autre? : « L’enfant range les jouets » ou « L’enfant mange son repas »? C'est le fait que l’enfant a mangé son repas. Il s’agit d’une action accomplie, et le verbe est conjugué au passé antérieur, soit à un temps de l’indicatif. Comme l’action de « manger » est antérieure à l’action de « ranger », le passé antérieurLe passé antérieur est utilisé pour exprimer un fait accompli par rapport à un autre fait accompli. est de mise. Dans les phrases contenant la locution conjonctive de subordination « après que », les deux actions seront toujours accomplies. Les deux verbes « rangea » et « eut mangé » sont conjugués à un temps de l’indicatif : « rangea » au passé simple; « eut mangé » au passé antérieur. Veuillez noter que le verbe qui exprime la première action accomplie est conjugué au passé antérieur et que le verbe qui exprime l’action suivante est conjugué au passé simple.)

 

  • Après qu’ils eurent reçu une contravention, les motocyclistes reprirent la route.

 

(Quelle action est antérieure à l’autre? : « la réception de la contravention » ou « le fait que les motocyclistes reprennent la route »? Le fait que les motocyclistes reçoivent une contravention. Il s’agit d’une action accomplie, et le verbe est conjugué au passé antérieur, soit à un temps de l’indicatif. Comme l’action de « recevoir une contravention » est antérieure à l’action de « reprendre la route », le passé antérieur est de mise. Dans les phrases contenant la locution conjonctive de subordination « après que », les deux actions seront toujours accomplies. Les deux verbes « eurent reçu » et « reprirent » sont conjugués à un temps de l’indicatif : « eurent reçu » au passé antérieur, « reprirent » au passé simple. Veuillez noter que le verbe qui exprime la première action accomplie est conjugué au passé antérieur et que le verbe qui exprime l’action suivante est conjugué au passé simple.)

 

*** Attention : Même si le Dictionnaire de l’Académie française précise qu’on observe une tendance, surtout plus forte depuis le deuxième tiers du XXe siècle, à faire suivre « après que » du subjonctif, l’emploi de l’indicatif est toujours de rigueur.
 
Phrase fautive : Il a fait ses devoirs après qu’il soit arrivé chez lui. (subjonctif passé)
Phrase corrigée : Il a fait ses devoirs après qu’il fut arrivé chez lui. (passé antérieur)

 


 

À VOUS DE VOUS EXERCER MAINTENANT!

 


 

Conjuguez correctement le verbe à l’infinitif.

 

  1. Il arriva chez lui avant que la pluie (tomber).

    {exercise answer="tombe" incorrect="tomba +tombait"}

    Explication


     
  2. Après que la pluie (tomber), il partit rejoindre ses amis.

    {exercise answer="eût tombé" incorrect="soit tombée + ait tombé"}

    Explication


     
  3. Manon rendit service à sa mère après qu’elle (terminer) ses devoirs.

    {exercise answer="eût terminé " incorrect="ait terminé + termina"}

    Explication


     
  4. Nicolas rendit service à son père avant que sa sœur (arriver).

    {exercise answer="arrive" incorrect="arriva + soit arrivée"}

    Explication


     
  5. Avant que le spectacle (finir), Alexandre s’enfuit en catimini.

    {exercise answer="finisse" incorrect="soit fini + se soit fini"}

    Explication


     
  6. Après qu’il (recevoir) une bourse d’études, Frédéric annonça la bonne nouvelle à tous les membres de sa famille.

    {exercise answer="eût reçu" incorrect="ait reçu + reçut"}

    Explication


     
  7. Vicky déménagea à la campagne après qu’un voleur (cambrioler) son appartement.

    {exercise answer="eût cambriolé" incorrect="ait cambriolé + cambriola"}

    Explication


     
  8. Après qu’il (réussir) cet examen, Dominic partira en voyage.

    {exercise answer="aura réussi" incorrect="réussise + réussit"}

    Explication


     
  9. Bianca écrira une lettre avant que son enfant se (réveiller).

    {exercise answer="réveille" incorrect="soit réveillé + réveilla"}

    Explication


     
  10. Ces personnes âgées voyageront plus souvent après qu’ils (prendre) leur retraite.

    {exercise answer="auront pris" incorrect="aient pris + prennent"}

    Explication

 

 

{exercise}

 

 

** Pour plus de renseignements sur l’emploi du subjonctif, veuillez consulter la capsule Emploi du subjonctif.

 

** Pour plus de renseignements sur les terminaisons du subjonctif, veuillez consulter les capsules Terminaisons du subjonctif et Terminaisons des verbes du 1er groupe à l'indicatif présent et au subjonctif présent.

 

** Pour plus de renseignements sur la façon de reconnaitre les verbes qui doivent être conjugués à l’indicatif ou au subjonctif, veuillez consulter la capsule Subjonctif ou indicatif?

 


 

BIBLIOGRAPHIE

 


 

de Villers, Marie-Éva (2003). Multidictionnaire de la langue française (4e éd.). Montréal : Québec Amérique. 1 542 p.

 

Grevisse, M., Goose A. (2007) Le bon usage (14e éd.). Bruxelles : Duculot. 1 600 p.

 

Office québécois de la langue française. (s.d.). Consulté le 6 aout 2011, sur http://66.46.185.79/bdl/gabarit_bdl.asp?t1=1&id=1132

 

Office québécois de la langue française. (s.d.). Consulté le 6 aout 2011, sur http://66.46.185.79/bdl/gabarit_bdl.asp?t1=1&id=4238

 

Wikipédia. (s.d.). Consulté le 19 aout 2011, sur http://fr.wikipedia.org/wiki/Nom

 


 

Conceptrice : Brigitte Murray

Mise en ligne : Heidi Chapson et Camille Pichette-Cécyre