Chargement...
 

CAPSULE LINGUISTIQUE

 


 

ANGLICISMES, UNE QUESTION DE PRESTIGE?

 


 

Les anglicismes teintent le français, et ce, peu importe l’endroit où cette langue se parle. Toutefois, le nombre d’occurrences d’anglicismes varie d’un pays à l’autre. Au Québec, on utilisera davantage ces emprunts dans les régions frontalières où les deux langues sont parlées, mais on les retrouve tout de même partout.

 

Avant de comparer la France et le Québec, voyons les divers types d’anglicismes et quelques exemples de chacun d’entre eux. Nous nous baserons sur Le Colpron pour ce faire. Les six types sont les suivants :

  • Anglicisme sémantique

    • Mot français semblable à un mot anglais, mais dont le sens est différent (ex. : académique dans le sens de universitaire)
    • Traduction directe de l’anglais (ex. : faire sûr)
  • Anglicisme lexical

    • Mot anglais tel quel (ex. : un break)
    • Mot anglais avec une terminaison française (ex. : breaker pour arrêter). Notez que l’Office québécois de la langue française le dénomme anglicisme hybride.
  • Anglicisme syntaxique

    • Calque de construction (ex. : défrayer les dépenses de quelqu’un pour défrayer quelqu’un de ses dépenses)
    • Utilisation incorrecte de la voix passive (ex. : on est demandé de partir)
  • Anglicisme morphologique

    • En lien avec l’anglais, utilisation incorrecte :

      • Du nombre (ex. : des escaliers pour un escalier)
      • De la terminaison (ex. : abrévier pour abréger)
      • De la formation d’un mot (ex. : extensionner pour prolonger)
  • Anglicisme phonétique

    • Prononciation anglaise d’un mot emprunté de l’anglais (ex. : camping)
  • Anglicisme graphique

    • Orthographe similaire à celle de l’anglais (ex. : dance)
    • Abréviation de l’anglais ou ponctuation de l’anglais (ex. : ave., 5.2)

 

Au Québec, tous ces types d’anglicismes sont utilisés. En France, ce seront davantage des anglicismes lexicaux qui le seront.

 

De plus, l’emploi des anglicismes est plus fréquent au registre familier. La plupart des Québécoises et Québécois les utilisent en famille ou avec des amies et amis. Toutefois, au registre soutenu, les personnes essaieront d’en diminuer l’usage et certaines les élimineront.

 

En France, on constate un peu le contraire. Les Françaises et Français en font peu usage au registre familier. La tendance augmente au registre soutenu. On entendra plus d’anglicismes dans les médias ou dans les conférences, par exemple.

 

Tout est dans la perception. Au Québec, les anglicismes sont perçus négativement, alors qu’en France, ils le sont en général positivement. En fait, les anglicismes sont une question de prestige en France, pas du tout au Québec. On est maintenant en droit de se demander quel est l’avenir des anglicismes dans la francophonie. Devrions-nous sensibiliser davantage les francophones à la sauvegarde du français? Quel devrait être notre rôle comme langagière ou langagier?

 

Faites les deux exercices qui suivent pour déterminer le type d’anglicismes et l’endroit où ils sont utilisés.

 


 

EXERCICE

 


 

Exercice I

 

Dans les phrases suivantes, trouvez l’anglicisme, son type et donnez le terme français correspondant.

 

  1. Sylvie a porté ses pantalons jaunes hier.

    Réponse

 

  1. Marc n’a pas encore retourné mon appel.

    {exercise}

    Réponse


     
  2. J’ai downloadé ce fichier.

    {exercise}

    Réponse


     
  3. Voici mon # de téléphone.

    {exercise}

    Réponse


     
  4. Faites cet exercise pour 5 minutes.

    {exercise}

    Réponse


     
  5. J’habite sur le blvd. du Plateau, à l’apt. 3.

    {exercise}

    Réponse


     
  6. Nous sommes gradués de l’Université du Québec en Outaouais.

    {exercise}

    Réponse


     
  7. Vous êtes maintenant éligible à la retraite.

    {exercise}

    Réponse


     
  8. Tu es familier avec ce projet.

    {exercise}

    Réponse


     
  9. Ils adorent les maths.

    {exercise}

    Réponse

 

 

Exercice II

 

Dites si les anglicismes soulignés sont utilisés au Québec seulement, en France seulement ou au Québec et en France.

 

  1. Nous avons plusieurs sponsors pour notre évènement.

    {exercise answer="En France" incorrect="Au Québec"}


     
  2. Envoie-moi un email demain.

    {exercise answer="Au Québec et en France" incorrect="En France"}


     
  3. Vous êtes la speakrine de la nouvelle émission, n’est-ce pas?

    {exercise answer="En France" incorrect="Au Québec"}


     
  4. Je me suis acheté un beau truck la semaine dernière.

    {exercise answer="Au Québec" incorrect="En France"}


     
  5. Tu adores faire du shopping à Québec.

    {exercise answer="En France" incorrect="Au Québec "}


     
  6. Claude a attaché un fichier à son courriel.

    {exercise answer="Au Québec" incorrect="En France"}


     
  7. Le parking est plein.

    {exercise answer="Au Québec et en France" incorrect="En France"}


     
  8. Elles adorent le rollerskating.

    {exercise answer="En France" incorrect="Au Québec"}


     
  9. Ce tatoo représente une lettre chinoise.

    {exercise answer="Au Québec et en France" incorrect="Au Québec"}


     
  10. On ignore si ce crash est un pur accident.

    {exercise answer="En France" incorrect="Au Québec"}

     

 


 

POUR EN SAVOIR PLUS

 


 

Pour en savoir plus sur les anglicismes, consultez les ouvrages suivants :

 

Cardinal, P. (2009). Le Vocabulaide. Ottawa : Presses de l’Université d’Ottawa. 680 p.

 

de Villers, M.-É. (2006). Multidictionnaire de la langue française (5e éd.). Montréal : Québec Amérique. 1 707 p.

 

Forest, C. et D. Boudreau (1998). Le Colpron (4e éd.). Laval : Groupe Beauchemin. 381 p.

 

ou les sites suivants :

 

Office québécois de la langue française. (s.d.). Consulté le 13 mars 2012, sur http://66.46.185.79/bdl/gabarit_bdl.asp?T1=anglicisme

 

Visez juste en français. (s.d.). Consulté le 13 mars 2012, sur http://www.visezjuste.uottawa.ca/pages/vocabulaire/ang_index.html

 


 

Conceptrice : Marie-Josée Bourget

Mise en ligne : Camille Pichette-Cécyre